Journal de Marche n°168 – Septembre 2021


Le mois de septembre est traditionnellement dédié aux journées parlementaires et aux auditions des rapporteurs budgétaires pour avis. Je n’ai pas échappé à la règle. Ainsi jusqu’à la mi-octobre je poursuis mes réunions avec les principales associations patriotiques et mémorielles, les administrations traitant de sujets relevant des Anciens combattants, de la mémoire et de la jeunesse. Cette année la partie thématique de mon rapport sera consacrée aux Pupilles de la Nation. Nous y reviendrons après que nous ayons débattu en séance le 26 octobre.

Certaines de mes auditions en circonscription ont été consacrées à un travail de fond avec associations et représentants de Harkis ou descendants afin de restituer au plus haut niveau de l’Etat leurs doléances, en tête desquelles se trouvait le souhait d’obtenir une Loi de Reconnaissance.

Bien me pris car quelques jours plus tard je recevais une invitation à l’Elysée afin d’assister à la restitution par le Président de la République de ces propositions à cette cause et précisément une Loi de Reconnaissance.

Il aura fallu attendre très longtemps depuis que celle-ci était demandée pour que les Harkis et leurs descendants soient entendus et reconnus

Vous me voyez très fier d’appartenir à la majorité qui a inlassablement travaillé aux côtés du Président Emmanuel Macron, auteur de cette décision symbolique. Le projet de loi devrait être très rapidement présenté au conseil des ministres.

Mon travail pour eux se poursuit au travers de points techniques mais importants comme la disparition d’un délai de forclusion pour les dossiers de pensions veuvages et d’autres aspects qui m’ont été soulevés par mes interlocuteurs.

Ce mois de septembre aura aussi été très intense au niveau de l’actualité internationale avec l’annulation brutale par l’Australie du contrat de fabrication de sous-marins. Cet épisode aura été l’occasion pour moi de réitérer en commission et face aux journalistes mon attachement à la filière du nucléaire français.

Le mois de septembre est aussi marqué par la reprise des relations diplomatiques et le rôle du parlement en la matière n’est pas minime. Ainsi ai-je accueilli l’ambassadeur du Botswana afin de préparer la venue de son Président de la République au mois de novembre.

Bien sûr le travail régulier sur le terrain s’est poursuivi en répondant aux attentes des pêcheurs et des agriculteurs pour lesquels le Président a annoncé toute une série de bonnes nouvelles qu’il était important de confronter à l’avis des intéressés.

Déjà l’automne…